website building software


VOYAGE EN MER INCONNUE, UK

Août 2017


Mi février 2017

Nous cherchons une destination pour mêler aventure et découverte. Passage obligé dans une librairie parisienne bien connue, un article attire notre attention : la vie marine du sud-ouest de l’Angleterre. Voyage en mer inconnue


Départ depuis Paris, l’équipage est constitué de Magalie, Prune, Manon et Benoit. A bord d’Air Kangoo, le road trip commence direction Cherbourg pour rejoindre le ferry. Les conditions climatiques nous sont peu favorables

Notre motivation est au plus haut, la pluie ne nous fait pas peur

A l’issue de 14 heures de voyage, nous arrivons enfin à destination : la pelouse détrempée d’un camping. Entre deux flaques, nous peinons à trouver un endroit hospitalier. Installation du camp de base sous une pluie diluvienne, une initiation au camping difficile pour Prune. Nous sommes le premier août et la température ressentie est celle d’un mois de novembre


Après une nuit au sec, le ciel bleu nous apparaît comme une bénédiction. Bouée sur le dos et palmes sous le bras, nous partons à l’assaut des plages de Penzance en arpentant les sentiers côtiers. Première immersion au milieu des méduses et des laminaires, l’eau est à 13°C, de quoi prendre la température pour le reste du séjour

Après l’effort, le réconfort : nous nous installons sur une terrasse ensoleillée en belvédère sur la mer. Dégustation de Cornish Pasties, spécialité régionale de Cornouailles. Puis une séance photo s’improvise, Magalie joue les naïades dans la red phone box

Enfin des nouvelles de notre guide, notre rencontre avec Charles Hood aura bien lieu demain


Le rendez-vous est pris devant le sailing club, nous entamons notre première journée en mer à bord du RIB LOGAN. A peine sortie de la baie, les dauphins nous escortent vers le large. Depuis la mer, la côte nous apparaît très préservée et vierge de toute construction

Non loin de là, une chasse est en cours : une nuée d’oiseaux tourbillonne et plonge, tête la première, dans un banc de sardines. Hypnotisés par les piqués vertigineux des oiseaux, nous en oublions presque de nous mettre à l’eau. Les ailerons des dauphins effleurent la surface et nous rappellent que le spectacle est encore plus beau vu du dessous. Ni une ni deux, nous voilà plongés au milieu d’un sardine run. La chance est avec nous, nous profitons durant plusieurs minutes de la compagnie des dauphins communs. Pour couronner le tout, un petit requin bleu surgit des profondeurs et nous frôle avant de disparaître aussitôt. De bon augure pour le lendemain

Notre quête du jour est tout autre : les phoques gris. Après une heure de navigation houleuse, nous arrivons sur une colonie. De petites têtes noires et brillantes surgissent de l’eau dans l’écume des vagues puissantes qui s’écrasent contre les rochers. Nous nous mettons à l’eau prudemment. Attisés par la curiosité, les phoques viennent à notre rencontre. Une fois les présentations faites, nous apprenons vite les règles du jeu : croquer ou se faire croquer. Une partie de cache-cache s’improvise dans les laminaires. Leur tempérament farceur et malicieux nous donne l’occasion de faire de jolis portraits

Exténués, nous sommes de retour au camp de base avec des images plein la tête


Tous les voyants météo sont au vert : la recherche des requins bleus est lancée. Plus d’une heure de navigation est nécessaire pour parvenir au point de rencontre. Le passage fortuit de deux dauphins nous fait patienter jusqu’à l’arrivée d’un premier petit bleu. Plus d’une quinzaine d’individus viennent le rejoindre pour notre plus grand plaisir

La rencontre est frontale, ils testent nos intentions en venant directement au contact. Cette proximité nous étonne et nous fascine à la fois. Quand ils viennent nous effleurer, nous ne pouvons résister à laisser glisser notre main sur leur peau bleutée. Ce ballet durera plus de deux heures


Après deux jours d’accalmie, la pluie fait son retour pour notre départ. Démontage du camp sous une pluie torrentielle. La météo ne nous     permet pas de nous mettre à l’eau une dernière fois, nous traçons notre route, direction : Paris